Art & Design

ENSA Dijon

05.04.2018

Autre évènement

« WELCOME ABOARD LADIES AND GENTLEMEN »

18h00 - 20h00 • Galerie ENSA Dijon

« WELCOME ABOARD LADIES AND GENTLEMEN FOR YOUR SAFETY AND COMFORT PLEASE PAY ATTENTION TO THE FOLLOWING SAFETY PERFORMANCE[S] »

 

 

  • 18h15 : Safety Informations : SAY10 – Galerie

    Safety instructions d’avion, devant un immense mur de footages de Trump.
    Durée : 8 minutes.
    Attention : Les personnes du public doivent entrer les unes après les autres !
    Justine Betems.

 

  • 18h30-19h30 : PLAYLIST – Hall de l’école

    Piste de danse de 1×1 mètre, remplie de morceaux de verre.
    Sur des chaussures de rééducation, habillé.e de bandes médicales, Violence danse pendant 1h sur une liste de chansons choisies par iel.
    Florian Humbert.

 

  • 18h45 : NOLI ME TANGUERE (JE N’AI JAMAIS ETE QU’EN CAMISOLE) – Galerie

    Une fois la performance est « activée », elle débute immédiatement !
    Durée encore indéterminée.
    Rappel : toute sortie est possible durant la performance ; aucune obligation de présence !
    Anouk Renahy-Gourdon

 

  • 19h30 : 1 2 3 SOLEIL ! – Galerie

    Le 1,2,3 soleil est un jeu de cour de récré dans lequel il y a un meneur de jeu, face à un mur, ou bien à un arbre, qui énonce à haute voix, 1,2,3 soleil puis se retourne suite à soleil, afin de constater si les joueurs qui étaient en mouvement pendant qu’il leur faisait dos, le sont toujours. S’ils constatent un mouvement venant d’un des joueurs, il le lui signale et le joueur en question doit retourner au point de départ. S’il ne remarque rien, le jeu reprend son cours jusqu’à ce que l’un des joueurs arrive à son niveau et touche le mur ou bien sa personne.
    « 1 2 3 SOLEIL ! « est une performance ad libitum dans lequel il y a deux meneurs de jeu masculin, de par et d’autre de l’espace, parmi lequel, entre les deux, à égale distance, se situe la seul joueuse. La performance est un échange de balles entre les meneurs de jeu qui énoncent 1,2,3 SOLEIL ! successivement, dans un rythme soutenu et frénétique tandis que la performeuse, attirée de par et d’autre de l’espace, comme tiraillée, s’essouffle au fur et à mesure que la performance se poursuit.
    Dans cette performance il est question d’endurance, que ce soit pour les performeurs réalisant la
    performance jusqu’à ce qu’un spectateur y mette fin, autant que pour le spectateur témoin de la souffrance répétée de la performeuse qui s’essouffle progressivement. Constatant impuissant la dégénérescence physique de celle-ci, ce qui a pour conséquence de provoquer un soulèvement émotionnel chez lui. Cette réaction, cette révolte m’intéresse, car elle met le spectateur dans une situation critique qui le pousse à transcender son statut pour devenir acteur de la performance.
    Il est question de l’enfance et de ses jeux, le jeu, dans notre cas, c’est celui du 1,2,3 SOLEIL ! Celui-ci confère une dimension théâtrale à la représentation, mais celle-ci détournée et pervertie par la répétition, confère une dimension mécanique et désincarné à la performance, qui la place entre réalité et fiction, ce qui opère un trébuchement entre la représentation théâtrale et la dimension performative amenée par la conséquence violente de celle-ci. Entre réalité et fiction, entre autres.
    Il est question de genre, du rapport entre l’homme et la femme, de son absurdité hiérarchique et de sa concluante dramatique, qui a comme victime le sujet en défaut, qui est celui du joueur, de la femme, qui tente malgré tout de respecter les règles qui n’ont plus aucune autorité.
    Jean-Serge Sallh.

 

Visiteurs extérieurs :
- Performances gratuites, ouvertes à tous.
- Réservation obligatoire, par email (nom, prénom, tél) jusqu’à la veille des performances à communication@ensa-dijon.fr.