Art & Design

ENSA Dijon

14.06.2018
→ 29.06.2018

Exposition

Les archives s’exposent

Extension bibliothèque

// Cette exposition est ouverte uniquement aux étudiant.e.s de l’ENSA Dijon //

Exposition visible du 14 au 29 juin à l’extension bibliothèque.

L’enseignement artistique a vécu de profonds changements depuis sa création, tant dans son organisation que dans sa finalité.
L’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon en est un parfait exemple, et ses archives retracent cette histoire singulière.

Les photographies et documents d’archives présentés ici appartiennent au fonds d’archives de l’école. Mis au jour par le travail archivistique mené depuis deux ans au sein de l’école, ces documents nous racontent la vie quotidienne de l’école : les expositions de fin d’année, le travail dans les ateliers, en passant par les aménagements et travaux de réfection qu’ont connu les bâtiments de l’école.
A travers un nom, un souvenir, un lieu, un mot, c’est toute la richesse d’un passé, reflet des époques que l’école a traversé, qui s’expose.
Registres d’inscription des étudiants, compte-rendu des conseils des professeurs, de discipline, sujet des épreuves de diplôme mais aussi travaux des étudiants, affiches des évènements, près de deux siècles d’histoire sont conservés entre les murs de cette école.
Ce qui vous est montré n’est qu’une bribe de la grande variété d’archives collectées.
C’est donc avec un réel plaisir que nous donnons la parole aujourd’hui à quelques unes d’entre elles.

La mémoire d’un patrimoine artistique et technique à l’École Nationale Supérieure d’Art

 Les écoles d’art en France n’ont jamais cessé d’entretenir une relation étroite avec les pouvoirs politiques en place et les événements sociaux survenus en France, transformant successivement l’organisation pédagogique et la finalité de l’enseignement artistique.

Ces nombreuses métamorphoses, véritable prolongement des innovations et réflexions menées autour de la création artistique, transparaissent notamment dans la considération des diplômes.

La mise en place de diplômes uniques, clôturant la fin d’un cycle, est un aspect relativement récent du fonctionnement des écoles d’art.

Les archives de l’ENSA montrent ce tâtonnement dans la stabilisation d’un modèle pédagogique.

Les documents présentés ici recouvrent une courte période, celle des années 50 à 60, avec un petite exception concernant la réfection de la façade en 1979. Durant cette période des années 50 à 60, l’école délivre un enseignement artistique mais aussi technique, encore profondément marqué par les besoins d’artisans qualifiés qu’imposaient les récentes périodes de guerre.
Ainsi, l’école avait un profil qui pourrait s ‘apparenter au modèle des lycées professionnels actuels.
Les lettres échangées entre les écoles nationales d’art notamment celles de Nancy et Paris, montrent un travail collaboratif autour de la question de la mise en place de diplômes au sein des écoles d’art.
Le modèle des écoles d’architecture semble être celui qui prédomine à cette époque.
Au cours de ces années, l’enseignement à l’école nationale d’art de Dijon comportait plusieurs sections, en particulier celles relatives aux arts de la publicité et aux carrières du bâtiment. La peinture, la sculpture et la céramique font également partie intégrante des enseignements.
Entre les temps d’atelier, des enseignements théoriques étaient dispensés.
De nombreux emplois du temps nous montrent la journée typique d’un élève de l’école d’art durant cette période.
Des évènements particuliers, comme les expositions de fin d’année et la participation à des événements locaux, renseignent sur l’implication de l’école dans le paysage dijonnais.
L’école nationale d’art est aussi l’histoire d’un lieu, qui a connu de vifs changements.
Un espace qui a su s’adapter aux besoins des élèves et au rythme des innovations technologiques.
Étant l’une des plus anciennes écoles nationales d’art en France, le patrimoine de l’ENSA est une mémoire à conserver, pour que des générations d’artistes, d’étudiants mais aussi de personnes s’impliquant au quotidien dans la vie de ces lieux, puissent comprendre l’importance de leur travail aujourd’hui, fruit d’une longue histoire passée.

Exposition réalisée par Lucie Havart, stagiaire archiviste, Isabelle LeBastard, documentaliste de l’ENSA avec l’aide de Virginia Antonio, agent technique à la bibliothèque.