Art & Design

ENSA Dijon

15.03.2018
→ 17.03.2018

Autre évènement

Le printemps des poètes fête ses 20 ans

Maison Rhénanie Palatinat • 29 rue Buffon, Dijon

Les 15 et 16 mars à 19h30, dans le cadre des lectures de Tèmpoésie, la maison Rhénanie Palatinat accueillera trois poètes « exilés ». Tzveta Sofronieva, José Oliver et Marina Skalova sont trois poètes polyglottes, ayant leurs racines ailleurs et vivant dans un exil librement choisi. Leur poésie se fond sur cette double, voire triple expérience de déracinement/enracinement géographique, culturel et linguistique. Ils liront leurs poèmes et parleront de leurs expériences autour des questions du multilinguisme, de l’exil et de leur positionnement de poètes au-delà des frontières.
 
« Grandir en plusieurs langues démultiplie sa compréhension du monde » affirme Bernard Banoun en parlant de José Oliver.
 
Le 16 mars, les trois poètes rencontreront des élèves du lycée Antoine Antoine et du lycée Charles de Gaulle.
 
Tzveta Sofronieva
Grande voix de la poésie Bulgare, Tzveta est une poète et perforeuse née en Bulgarie qui compte de plus en plus dans le paysage littéraire allemand. Après un exil aus Usa, elle vit désormais à Berlin depuis 1992 où elle a publié de nombreux recueils à la fois en allemand, en anglais et en bulgare. Très vite, ses ouvrages sont traduits dans de nombreuses langues, lui donnant ainsi un rayonnement international. Elle est traduite en français par le poète José Portante et sa poésie est primée à maintes reprises aussi bien en Allemagne qu’en Bulgarie.
   
José Olivier
Né en 1961 dans la petite ville industrielle de Hausach en Forêt Noire, où il a fondé un festival annuel de poésie désormais réputé, José Olivé est issu d’une famille originaire de Málaga qui émigra en République Fédérale d’Allemagne en 1960. Ses deux langues sont l’allemand et l’espagnol, mais sur cette dualité s’en greffe une autre, celle des dialectes andalous et alémanique parlé en Forêt Noire. José Oliver est un poète ensorcelé par la langue et exprime son art de la lecture en associant le texte et le chant, créant ainsi des chorus de sons…
 
Marina Skalova
Est née en 1988 à Moscou. Après avoir grandi, étudié et travaillé entre Paris et Berlin, elle s’installe en Suisse en 2013, où elle obtient un Master en Pratiques de l’art contemporain à la Haute École des Arts de Berne. Elle publie d’abord des textes en revues (dont Décharge…). Elle est lauréate du Prix de la Vocation en Poésie pour le recueil bilingue Atemnot (souffle court), paru en 2016 chez Cheyne éditeur. Elle a été invitée pour des lectures en Suisse, en Allemagne, en France, mais aussi en Russie et en Ukraine. Elle anime des ateliers d’écriture et travaille également comme traductrice littéraire. 
 
Le 17 mars, la maison Rhénanie Palatinat participera au parcours poétique dans la ville de Dijon avec des lectures de poèmes « tout près de l’oreille » ayant en tête cette phrase de Durs Grünbein, poète invité l’année dernière, 
« Ce que le poète souhaite, c’est tout au plus un amateur de poésie égaré dans cette foule d’individus perdus »…
 

Un beau partenariat…

Les étapes de ce parcours poétique ont été définies par Fred Mougel de La VOix des MOts et l’encadrement et le dispositif visuels ont été conçus par des étudiantes des 3ème et 4ème années de design et d’art de l’ENSA Dijon avec le soutien de leur professeur, Hélène Robert.
Ainsi, Eun-young Lee crée un cadre pour les lectures des 15 et 17 mars dans les locaux de l’ENSA Dijon, Xinyang Liu imagine des banderoles poétiques qui vont ponctuer les étapes du parcours des lectures dans la ville, Faïza Khelil conçoit une scène nomade pour les lectures publiques, Mélissa Ringuet crée des boîtes à poèmes placées à proximité des boîtes à livres des quartiers, Emilie Barbry et Hyejin Kim imaginent des supports visuels pour les poèmes distribués gratuitement, Johanna Attia apporte son aide logistique, Maéva Ferreira Da Costa fera des micro-événements-lectures et enfin, grâce à la meilleure ouvrière de France et modiste remarquable, Sara Tintinger, les lectures des poèmes se feront chapeauter !
 
Comme disait Hilde Domin : « Faites une pause, lisez un poème » et laissez-vous émerveiller par les mots d’ici et d’ailleurs et par la présence de nos trois poètes extraordinaires.